mardi, septembre 27

Tears for Fears : The Tipping Point, un retour après un silence long de 18 ans!

Par Franck Karsenty

Le duo formé par Curt Smith et Roland Arzabal revient avec un tout nouvel album qui raconte une histoire, leur histoire. C’est un retour qu’on attendait pas forcément pour ce groupe qui a explosé dès ses débuts dans les années 80 avec des titres comme Shout, Everybody wants to rule the world ou Woman in chains. En effet, même s’ils ont continué à exister sur scène avec quelques passages dans des séries pour Curt Smith, vu notamment dans Psych ou Crazy Bitches, personne ne pensait qu’ils passeraient par l’écriture et la composition d’un nouvel opus.

Un album qui marque par leur complicité inchangée… Et un nouveau manager!

L’énergie est différente mais toujours présente. La symbiose entre les deux artistes est palpable tout au long de l’écoute des 10 titres qui composent cet album. Le point de départ de l’écriture a été le décès de la femme de Roland Arzabal et le vide laissé dans sa vie par celle qu’il a toujours aimée. On retrouvera ces états d’ames dans The Tipping point, que l’on peut traduire par «le point de rupture» et Please, be happy. Comme toujours avec Tears for Fears, chaque titre raconte une histoire, il est écrit, pensé, réfléchi. Le texte est rédigé comme un poème et la musique vient accompagner cette poésie. Leur ancien manager ne voulait pas que l’album parle de ça, il voulait le groupe des années 80 mais le duo savait quelle direction il voulait prendre. Et voilà comment on devient l’ex-manager de deux artistes comme Arzabal et Smith.

Une mélodie qui se démarque des précédents albums

Si on reconnaît immédiatement les voix, on peut rester un peu plus surpris par la musique avec des tons rock qui flirtent avec le folk voire même country parfois tout en conservant des mélodies soyeuses qui viennent envelopper des textes profonds, parfois sombres mais où subsistent toujours un certain optimisme. On raconte une histoire triste mais il y a de l’espoir, de la lumière au bout de ce tunnel.

Influencés aussi par le contexte politique actuel, Smith vit aux États-Unis depuis de nombreuses années et se dit très marqué par la présidence de Donald Trump, l’assaut du Capitole mais aussi l’immense pouvoirs des géants de la tech. Des angoisses qu’on entend dès l’intro de Rivers of mercy qui débute par des sirènes de police et des bruits de manifestations.

Toutefois, malgré une inspiration qui vient du malheur, des ressentis, de la colère, le résultat est un album marqué par le fait qu’on puisse reprendre sa vie en main et retrouver le bonheur.

Tears for Fears, The Tipping Point, 10 titres, publié sur le label Concord Records

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.