jeudi, septembre 29

Patrick Sébastien se confie sur son cancer

Photo by Max Colin/ABACAPRESS.COM

Dans une interview à Buzz TV, le présentateur du «Plus Grand Cabaret du monde» publie un ouvrage, Vivre et renaître chaque jour, dans lequel il raconte avoir été opéré d’un cancer du rein en début d’année. Il revient aussi sur sa séparation avec sa femme. Si ce n’est pas son premier livre, c’est certainement le plus intime qu’il ait écrit.

Il explique ainsi vouloir partager avec les gens qui ont des soucis et ses méthodes pour rester debout. À 68 ans, il vient de traverser un véritable tsunami. Les deux dernières années ont été particulièrement difficiles à vivre: l’éviction sans ménagement de France Télévisions, des deuils importants liés à des proches, sa séparation avec sa femme Nana et son cancer du rein suivi d’une grosse opération. Il a encore une cicatrice de 40 centimètres.

Ne pas s’apitoyer sur son sort

Quand on lui demande comment il va aujourd’hui, il répond sereinement: «Je vais très bien, je suis apaisé. Ce qui m’est arrivé, c’est ce que j’appelle un «chancer». Ça fait deux fois que ça m’arrive. Ce sont des cancers découverts par hasard. C’est arrivé en janvier dernier. J’ai fait une échographie de contrôle pour voir si tout allait bien. Mon toubib Georges a vu une petite tache blanche donc il m’a fait faire un IRM, et une biopsie. Il a finalement découvert le cancer. Même s’il faisait 3 centimètres, il n’était pas invasif et ne nécessitait pas de chimio. J’ai donc subi une opération avec huit heures d’anesthésie. La rééducation et la convalescence ont été compliquées. Mais deux mois après, j’étais sur scène. Ça fait partie des choses de la vie. Le mot cancer ne m’effraie pas. Simplement, je n’ai pas voulu le médiatiser».

L’ancien animateur estime que c’est important d’en parler quand vous êtes guéri. L’apitoiement sur soi-même est la pire des choses pour parvenir à renaître. Il pense souvent à cette phrase que lui avait dit sa mère à la mort de son fils: «Ce n’est pas la fin de quelque chose, c’est le début d’autre chose». On ne renaît pas, ni dans la rancune, ni dans l’aigreur. Il dit être dans la bienveillance permanente. Et il s’est lancé dans de nombreux projets. Pour lui, l’important, c’est de faire et de rester debout. Et si ça peut aider certaines personnes à tenir un peu mieux… Il expliquera qu’il croise «plein de gens qui vivent mieux grâce à mes bouquins. C’est une vraie satisfaction».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.