jeudi, septembre 29

Melody Gardot : « Entre eux deux », une américaine à Paris

Melody Gardot associée au pianiste brésilien Philippe Powell célèbre, en français, l’amour et Paris. Intimiste et nostalgique, leur album Entre eux deux paru vendredi 20 mai contient une belle version de la chanson de Francis Lai et Pierre Barouh Plus fort que nous.

Du film Un homme et une femme de Claude Lelouch, on a retenu les visages radieux d’Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant et le célèbre «chabadabada», passé même à la postérité pour caractériser les listes électorales faisant alterner un homme/une femme. Melody Gardot pour sa part nous remet en mémoire Plus fort que nous, un autre titre de cette bande originale romanesque et entêtante. Sur une musique de Françis Lai et des paroles de Pierre Barouh, ce duo, interprété à l’origine par Nicole Croisille et Pierre Barouh, avait connu un grand succès en 1966.

La voix délicieuse de Melody Gardot

Plus fort que nous, dans la version proposée par Melody Gardot et Philippe Powell, bénéficie de l’accent délicieux dont se teinte le français de la chanteuse américaine et du toucher subtil du pianiste franco-brésilien, fils du guitariste Baden Powell. C’est le morceau de bravoure du disque Entre eux deux, association d’artistes francophiles vivant à Paris et portant toujours sur la Ville Lumière le regard énamouré des citoyens d’adoption.

Melody Gardot célèbre une vision romantique de l’amour et de Paris, pour son septième album studio. Elle en signe les compositions dont, en français, À la Tour Eiffel chanson fredonnée qui assume son côté cliché, et Fleurs du dimanche, composition ironique et swing. La romance surgit dans ses titres en anglais, souvent co-signés avec Philippe Powell, dont This Foolish Heart Could Love You, ballade douce-amère portée par sa voix caressante dans la veine de Baby I’m a Fool, tube qui la révéla en 2009.

De Jazz sous les Pommiers à Coutances à l’Olympia

Intimiste et nostalgique, Entre eux deux honore également la musique lusophone chère aux deux artistes – on se souvient de l’album The Absence, ode de la diva américaine à Lisbonne. Samba em Prelúdio/Un jour sans toi, saudade signée Baden Powell/Vinicius de Moraes, s’écoute en portugais par Philippe Powell et en français par Melody Gardot. Un duo évoquant une autre belle association, C’est magnifique interprétée avec le chanteur portugais de fado Antonio Zambujo par la vocaliste sur son très accompli sixième album, Sunset in the Blue en 2020.

Melody Gardot, au fil des enregistrements, compose avec un goût musical très sûr, une œuvre nourrie d’influences américaines, portugaises et françaises, une partition jazzy portée par sa voix sensuelle à l’exquise douceur. Son public s’y retrouve de disque en disque, transformant chacun de ses concerts en célébration. Durant cette année, l’artiste qui avait chanté le confinement depuis la capitale française dans From Paris with Love, reviendra sur de nombreuses scènes de Jazz sous les Pommiers à Coutances au festival TSF Jazz à Chantilly, du festival de Montreux (Suisse) à Jazz in Marciac, ou encore à Paris avec trois dates à l’Olympia, les 21, 22 et 23 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.