mardi, septembre 27

Mariés au premier regard : Carton d’audiences pour M6! Mais pourquoi un tel succès?

Saison après saison, le programme où des célibataires se rencontrent uniquement le jour de leur mariage déchaîne chaque fois un peu plus les passions. Au point de réussir désormais à devancer «l’Amour est dans le pré» sur la cible publicitaire principale.

«Pas question de me déranger le lundi soir, prévient d’emblée Jérémie, trentenaire bordelais. Il faut vraiment qu’il y ait un gros événement pour m’empêcher d’être devant ma télé. J’ai même pris un abonnement Salto pour pouvoir prendre de l’avance quand je sais que je ne vais pas être disponible.» Comme trois millions de Français, ce travailleur indépendant est devenu addict à «Mariés au premier regard», la téléréalité de M 6 au principe simple : deux célibataires se rencontrent le jour de leur mariage, avant d’essayer de construire leur histoire sous l’objectif des caméras.

Un succès depuis six ans qui va crescendo

À tel point qu’il s’agit désormais de l’émission de la Six préférée des fameuses femmes responsables des achats de moins de cinquante ans, avec chaque semaine plus de 30 % de parts de marché sur cette cible chère aux annonceurs. «On est ravis de ce carton, se félicite Virginie Dhers, qui produit le programme pour Studio 89. Quand nous l’avons lancé en 2016, c’était un peu dingue. Et d’années en années, le public s’est aperçu que les participants sont de vraies gens, qui pourraient être leurs voisins, leurs amis ou encore leurs collègues.»

«Le public a besoin d’amour et de belles histoires»

Car l’une des principales clés du succès de « Mariés au premier regard », c’est son casting, loin des bimbos des « Marseillais » et autres « Villa des cœurs brisés ». « Ce sont des personnes sincères, qui cherchent réellement l’amour, assure la productrice. On vérifie bien en amont qu’ils ne sont pas là pour simplement passer à la télé. Le public va s’attacher à eux semaine après semaine donc il a besoin d’amour et de belles histoires. »

Cette année encore, des profils très différents sont ainsi apparus. Tels que ceux de Caroline et Axel, vivant tous deux dans les montagnes et loin, très loin des personnalités habituelles des téléréalités. Autre effet important : des couples ont réussi à s’installer dans la durée. « On se dit presque que ça en devient possible, avoue Julie, célibataire parisienne de 30 ans. Quand on se retrouve entre amies, il y en a toujours une qui se dit Tiens, et si je m’inscrivais ? »

Et elles ne sont pas seules. Pour la saison actuellement en diffusion, la production a reçu 25 000 candidatures contre 10 000 l’année précédente. Certes le succès croissant de l’émission participe à cette augmentation. « Mais il y a aussi un effet Laure et Matthieu », tempère Virginie Dhers. Car parmi les couples emblématiques de « Mariés au premier regard », les deux époux du cru 2021 ont marqué les esprits. Un véritable coup de foudre qui a même donné lieu à la naissance d’une petite Lya en août dernier.

Filmé à la manière d’un documentaire

Et puis il y a un côté addictif. Renforcé par des conclusions d’épisodes laissant systématiquement le public sur sa faim. Une fierté, revendiquée par la production. « Nous filmons à la manière d’un documentaire, avec une seule caméra. On suit réellement ce qui se passe dans leur vie, précise Virginie Dhers. Et c’est ensuite au montage que nous nous rapprochons des codes de la fiction avec ce suspense créé. Même si le contenu reste à 100 % authentique. Rien n’est mis en scène chez nous. » « C’est clairement ce qui m’a fait basculer dans le programme, avoue Nathalie, quinquagénaire qui a lâché les fictions de TF 1 pour le divertissement de la Six. Je suis tombée par hasard sur l’émission et en une demi-heure j’étais à fond dedans. »

Cette année, M 6 a donc décidé de faire durer le plaisir. La saison s’achèvera au début de l’été avec un « Que sont-ils devenus ? », permettant aux téléspectateurs de découvrir le destin des célibataires, six mois après leur mariage. « Et nous venons de tourner une émission de retrouvailles, neuf mois après l’union », annonce Virginie Dhers. Un épisode spécial, autour de la psychologue Estelle Dossin, qui sera prochainement proposé sur la plateforme 6play.

De quoi faire patienter avant une saison 7, évidemment déjà signée et pour laquelle les castings sont « bien avancés » mais pas encore clos. Et si depuis plusieurs semaines, de nombreux célibataires homosexuels clament avoir été approchés, la présence d’un couple gay n’est pas encore assurée. «Nous en avons très envie. Cela fait plusieurs années que le casting est ouvert à tous les célibataires, sans distinction d’orientation sexuelle, précise la production. Cela a failli se concrétiser cette année mais il n’y avait pas de compatibilité amoureuse assez forte. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne fera pas un couple homo pour faire un couple homo, juste pour le buzz.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.