mardi, septembre 27

Le concours de Miss France dans la tourmente: Sylvie Tellier quitte la direction en plein procès!

Après avoir passé 17 ans à la tête de l’organisation, la société Miss France annonce le départ de sa directrice générale Sylvie Tellier dans un communiqué publié mardi matin. Celle qui a été Miss France 2002 souhaite se consacrer à «des projets entrepreneuriaux». Alexia Laroche-Joubert, actuelle présidente de la société Miss France a déclaré «Ayant moi-même quitté Endemol il y a 15 ans pour fonder ma propre société, je comprends parfaitement cette envie entrepreneuriale et lui souhaite une belle réussite pour ces projets».

Un départ inattendu

La prochaine cérémonie aura lieu en décembre prochain sur TF1 en direct. Elle sera co-présentée par Sylvie Tellier et Jean-Pierre Foucault, lui aussi sur le départ. Après cette dernière émission, elle deviendra présidente d’honneur de la société Miss France. On imagine qu’il est assez difficile de se passer du jour au lendemain de celle qui a su succéder si brillamment à Geneviève de Fontenay. L’ancienne Miss nous explique que «Les 17 Miss France que j’ai eu l’honneur de guider garderont une place toute particulière dans ma vie. Aujourd’hui, c’est d’autres défis que je souhaite relever, avec une fibre entrepreneuriale et sans m’éloigner de l’univers des médias que je connais très bien». Nous n’en saurons pas plus sur son projet pour l’instant.

Une nouvelle directrice et un procès en cours

Alexia Laroche-Joubert a dû prendre des décisions rapidement notamment sur le choix de celle qui va succéder à Sylvie Tellier. Elle s’est tournée logiquement vers une autre Miss, en l’occurrence Cindy Fabre, qui a été élue en 2005. «Cindy est une Miss France que je connais depuis longtemps. J’étais là lors de son élection en 2004 à Tours et lors de sa troisième place à Miss Europe. Son intégration au sein de la Société sera facilitée par sa connaissance de l’univers, des acteurs et enjeux du concours Miss France », explique la présidente de la société. Cindy Fabre fera ses premiers pas en prime time en décembre 2023. Il n’est pas certain que Jean-Pierre Foucault sera là pour l’épauler lors de sa première cérémonie.

En 2021, le concours avait été pris pour cible par l’association Osez le féminisme!, qui avait déposé une requête devant le Conseil de prud’hommes de Bobigny contre la société de production Endemol pour que la participation des candidates soit considérée comme une prestation de travail. Afin d’éviter la polémique et, plus certainement, des procédures judiciaires au long cours, Alexia Laroche-Joubert avait concédé quelques semaines plus tard, en annonçant lors de la conférence de presse de présentation du concours, que les 29 candidates disposeraient d’un contrat de travail. De son côté, l’association féministe a lancer une nouvelle procédure où elle entend dénoncer le «caractère sexiste» de l’élection et «faire cesser la discrimination inhérente au règlement actuel» selon ses propres termes. Une première audience a eu lieu devant les prud’hommes en juin dernier. Un dossier très sensible dont a hérité la nouvelle directrice Cindy Fabre!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.