jeudi, septembre 29

La Cinémathèque rend hommage à l’une des icônes du 7ème art, Romy Schneider. 

Romy S. à la cinémathèque
Photo : Sam Lévin© Ministère de la Culture

Du 16 mars au 31 juillet 2022, les cinéphiles pourront se replonger dans la vie et la carrière de la petite fiancée autrichienne.

Décédée à 43ans l’éternelle Sissi qui a tourné dans plus d’une cinquantaine de films ; la cinémathèque revient d’ailleurs sur la carrière et la filmographie impressionnante et émouvante de l’actrice ; dès l’entrée, le public est accueilli par Romy, alias Hélène des Choses de la vie de son réalisateur fétiche Claude Sautet où cette histoire d’amour à la fois passionnelle et tourmentée avec Michel Piccoli.

Derrière quelques vitrines de cette exposition se trouvent des affiches, des photos, des extraits de scénario des tenues iconiques de l’actrice (de l’inévitable robe de mariée de Sissi au sulfureux bikini noir de la Piscine).

Désirant quitter cette image pieuse de petite princesse, Romy S tourne la page et décide de collaborer avec les plus grands metteurs en scène de son temps ; de Luchino Visconti à Orson Welles, en passant par Otto Preminger ou des français comme Henri-Georges Clouzot, Alain Cavalier, Bertrand Tavernier…feront d’elle l’une des stars mondiales du cinéma.

Romy n’a eu de cesse de changer de peau, de registre, d’un film à l’autre, elle est infidèle à l’image que les autres se faisaient d’elle, mais d’une fidélité absolue à elle-même. « Romy est tout en zigzags » a dit un jour Michel Piccoli. « Elle n’est pas paisible », préfère suggérer Claude Sautet : elle n’est jamais satisfaite d’elle et ne triche jamais, ayant toujours peur de se retrouver enfermée dans une image, une illusion. Surprendre, regimber, s’éloigner toujours ce qu’on attend d’elle, c’est aussi choisir de jouer avec son image, se vieillir à l’écran, s’enlaidir, ne pas rester la beauté figée des magazines.

Archives et photographies rares, interviews et extraits de films viennent agrémenter cet univers consacré à l’actrice disparue tragiquement le 29 mai 1982.

Jusqu’au 31 juillet à la Cinémathèque de Paris

Renseignements :

51 Rue de Bercy, 75012 Paris

Tarifs : PT : 12€ – TR : 9,5€

www.cinematheque.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.