mardi, septembre 27

Houellebecq, Dicker, Foekinos, les auteurs à succès ne font plus recette !

Par François Dumant

La pandémie et la guerre en Ukraine ont entraîné la morosité dans les librairies de France. Même les best-sellers ne se vendent plus.

Les éditeurs très inquiets…

Les temps sont durs. Les éditeurs avaient tous peur de Michel Houellebecq, craignant que ce dernier siphonne les ventes et la presse du mois de janvier. Ils craignaient aussi la campagne pour l’élection présidentielle, peu propice aux achats de divertissement. Mais le danger est venu d’ailleurs, du télétravail imposé et de la « sinistrose » du début d’année, suivis, fin février, par la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Bref, l’édition fait grise mine, même les grands noms auront du mal à remplir les objectifs. Ainsi d’Anéantir de Michel Houellebecq, crédité de 190 000 exemplaires vendus (pour un tirage de 300 000), du Numéro deux de David Foenkinos (63 000 versus un tirage de 120 000), de Frédéric Beigbeder (17 000 versus 55 000), etc. Quant à Joël Dicker, s’il a écoulé 190 000 exemplaires de son nouvel opus depuis le 10 mars, il lui faudra mettre les bouchées doubles pour atteindre (voire dépasser) son colossal tirage de 600 000 exemplaires.

Mais sauvés par des auteurs moins connus!

On pourrait parler ici de «Santé publique année zéro»coécrit par la philosophe Barbara Stiegler et le professeur de santé publique à l’université de Bordeaux François Alla, porte un regard des plus critiques sur le confinement et met en lumière les défaillances dans la gestion de la crise sanitaire. Sorti le 24 mars, le libelle semble avoir rencontré son public.

Le nouveau polar de Bernard Minier, maître du suspense, qui se réinvente ici en créant une nouvelle héroïne (Lucia) et en nous emmenant pour la première fois en Espagne (dont sa mère est originaire). C’est un très grand succès en librairie. Il y en a bien d’autres à découvrir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.