mardi, septembre 27

Gérard Depardieu laisse sa place à Vincent Cassel après 3 jours de tournage!

Sorti au cinéma en 2018 et diffusé récemment sur France 2, le film intitulé Fleuve noir, est porté par Vincent Cassel, Romain Duris et Sandrine Kiberlain. Réalisé par Érick Zonca, ce long-métrage est en fait l’adaptation cinématographique du roman baptisé Une disparition inquiétante, écrit par Dror Mishani. Ce film met en scène le personnage de François Visconti, incarné à l’écran par Vincent Cassel. Ce commandant de police tourmenté et alcoolique enquête sur la disparition de Dany Arnault. Dans le cadre de ses investigations, il commence à soupçonner le professeur de français particulier de la victime, Yan Bellaile, interprété par Romain Duris.

Un départ en urgence!

Au départ, c’est Gérard Depardieu qui aurait dû prêter ses traits au personnage incarné par Vincent Cassel. Cependant, le monstre sacré du cinéma français fut hospitalisé au troisième jour de tournage, et laissa donc sa place à celui qui s’est révélé au grand public dans le film culte La Haine. « Vincent Cassel a accepté d’incarner le personnage principal, le commandant Visconti. Il est venu directement du Brésil, il a sauté à pieds joints dans l’histoire et a endossé du jour au lendemain les habits de ce commandant sans aucune préparation préalable« , avait souligné Érick Zonca durant la promotion du film.

Ambiance catastrophique sur le tournage: Sandrine Kiberlain refuse de faire la promotion du film…

Cependant, le journaliste Patrick Cohen avait indiqué à l’époque que Gérard Depardieu aurait quitté le tournage de Fleuve noir en raison de l’ambiance délétère qui régnait en plateau. « Erick Zonca est connu pour être un réalisateur assez dur », avait déclaré celui qui officie sur les antennes de France 5 et de France Culture. Également présente au casting de ce long-métrage, la comédienne Sandrine Kiberlain n’a pas gardé un bon souvenir du tournage.

« C’est une expérience que je n’ai pas aimée donc je ne peux pas trop parler de ce film. Mais je le dis ouvertement. J’ai pas de problème avec ça », avait expliqué l’actrice lors de son passage dans la matinale d’Europe 1, qui était présentée par Patrick Cohen à l’époque. Pour sa part, Érick Zonca s’était défendu en affirmant dans les colonnes du Parisien que tout s’était « très bien déroulé », malgré les « mouvements d’humeur » et les « désaccords ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.