mardi, septembre 27

De la politique au cinéma, Philippe Poutou saute le pas!

©Alamy Images / Photo by Thibaud Moritz / ABACAPRESS.COM

Ce n’est pas le premier a changé de carrière mais, ce qui est plus rare, c’est d’être le dirigeant d’un parti d’extrême-gauche et de rejoindre une grande société de production. C’est donc en leader du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) que Philippe Poutou est recruté par la société de distribution de films Urban Distribution, apprend-on mercredi 13 septembre par le site spécialisé Le film français. Le magazine professionnel annonce que l’ancien candidat à la présidentielle, qui a recueilli moins d’1 % des suffrages en 2022, va «prendre en charge la promotion des films hors média».

Il s’en sort par une pirouette face à ses électeurs

Selon le communiqué de Urban Distribution, sa mission consistera notamment à promouvoir des films consacrés à «la lutte contre le racisme, l’homophobie, les injustices sociales, les abus de pouvoir et la corruption, etc.». Il aura également «la responsabilité de fédérer les organisations associatives liées aux thématiques des différents longs métrages sortis par la société, accompagner les séances de présentation et animer les débats».

Poutou commencera par s’occuper de la promotion du film Black Is Beltza 2: Ainhoa. Un film d’animation pour adulte, sur la fin de la Guerre froide et la répression policière espagnole face à des activistes basques, à l’affiche le 16 novembre prochain selon le site AlloCiné. Le film français précise d’ailleurs que c’est «à l’occasion de cette production que s’est opérée la rencontre entre Frédéric Corvez, dirigeant d’Urban, et Philippe Poutou». Une rencontre qui a accéléré ses ambitions professionnelles et ses envies de changement.

La présidentielle est pour beaucoup dans ce changement de carrière

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce projet est le fruit d’une longue réflexion. Même s’il dit y avoir pensé avant l’élection, il ne faisait aucun doute que l’envie n’y était plus; il avait à peine fait campagne et, dans les différentes interviews données, il n‘y avait plus aucune conviction. Lui, qui avait été licencié en 2019 de l’usine Ford de Blanquefort, souhaitait quitter la politique et se tourner vers le milieu associatif ou culturel.

Philippe Poutou confiait dans une interview donnée le 6 avril 2022 à Libération: «Si tout va bien, j’ai une promesse d’embauche à la mi-mai». Sans préciser quel serait son poste, il évoquait un emploi «dans la culture, dans le milieu du spectacle, du cinéma». Toutefois, on ne sait si, pour autant, il abandonne complètement la politique ou bien s’il serait tenté de se présenter à de prochaines élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.