mardi, septembre 27

Comme des gosses sur M6 que vaut la nouvelle mini-série qui remplace Scènes de ménages?

M6 a depuis toujours misé sur les fictions courtes et ça lui a plutôt bien réussi. Le succès des séries comme Caméra Café – qui fête ses vingt ans cette année lors d’un prime-time spécial – Kaamelott, Scènes de ménages ou encore En Famille n’est plus à prouver.

Dix ans tout rond après avoir lancé le programme mettant en scène la famille Le Kervelec, la Six propose, depuis lundi 4 juillet, une toute nouvelle fiction humoristique. Baptisée Comme des gosses et adaptée d’un format néerlandais, elle relate le quotidien d’une école primaire avec des personnages savoureux et déjantés, allant du directeur irresponsable à la maîtresse ultra-rigide en passant par les parents d’élèves dépassés ou trop impliqués.

«Ils essayent de se faire passer pour des adultes, c’est un peu ce que nous faisons tous d’ailleurs», note Gaël Leforestier, scénariste de la série avec Béatrice Fournera (Parents mode d’emploi ) et réalisateur. «Ils ont des réactions dignes de leurs chers bambins mais sont attachants avec leurs défauts». En tout, on découvre quinze personnages principaux (sans compter les enfants) aux personnalités diverses, incarnés par plusieurs humoristes comme Élodie Pou, Antonia de Rendinger ou encore Doully et des comédiens, tous au jeu impeccable.

Une vraie troupe

200 épisodes de 3 minutes trente ont été mis en boîte. L’occasion pour les acteurs de créer des liens forts ainsi qu’une aisance dans le jeu qui se ressent à l’écran. «Il y a une vraie alchimie entre eux, poursuit Gaël Leforestier. On a l’impression d’avoir monté une troupe qui me fait un peu penser à celle du Splendid. Il y a un côté familial. Ils se sont amusés pendant le tournage. On leur a laissé une part d’improvisation qui a été gardée à l’écran. Au fil du temps, les enfants ont aussi créé une vraie relation avec leurs professeurs de fiction!». Contrairement à la plupart des programmes courts, le tournage a eu lieu en extérieur, dans un ancien établissement scolaire apportant beaucoup de réalisme: «L’idée était qu’il n’y ait pas un seul décor mais un univers tout entier. Tout le monde avait l’impression d’être dans une vraie école», explique le réalisateur.

26 auteurs ont travaillé sur cette série qui, à travers l’humour, aborde de très nombreux sujets sociétaux comme l’homoparentalité, le racisme ordinaire ou la place des femmes. «Ce qui nous a plu, c’est de pouvoir en parler de façon cash et je remercie M6 de nous avoir autorisé à y aller assez fort, note encore Gaël Leforestier. Il y a aussi de l’émotion dans cette série, des moments de tendresse et d’humanité. J’en suis heureux car c’est un peu inattendu dans un programme humoristique». L’intégralité des épisodes de Comme des gosses sera diffusée durant les quatre prochaines semaines en lieu et place de Scènes de ménages et avant le retour, au mois d’août, d’En famille qui célébrera ses dix ans. La suite dépendra du succès de la série. En attendant, Gaël Leforestier fourmille déjà d’idées pour une hypothétique seconde saison.

5 Commentiaires

  • Gabard

    Cette nouvelle série est complètement débile et sournoisement orientée politiquement. C’est notre opinion après avoir vu deux épisodes. Remettez nous scènes de ménage qui est une véritable distraction sympathique et amusante. Si non nous regarderons une autre chaîne et en aucun cas votre nouvelle série.

  • Bongerar

    Pour compléter le propos de Gabard, j’ajouterai que la série est en prime extrêmement vulgaire. Les enfants méritent mieux que ces caricatures. On est loin de « scènes de ménages » où la célébration des monstres de foire nous est pour au moins épargnée.

  • Besson

    Bien que grand fan de Caméra Café, Kaamelott et Scènes de ménages, (malgré les trop nombreuses rediffs, et deux couples insupportables de Scènes de M.: – Huguette et Raymond, et Louise et Jallil -),
    Je comprends bien qu’une chaîne doive se renouveler, mais les deux dernières tentatives – En famille et Comme des gosses – sont affligeantes de nullité . démontrant la difficulté de plaire , sans le lasser, à un public qui ne demande qu’à se divertir , et s’évader un tant soit peu d’une actualité bien stressante .
    Ainsi, M6 si innovante et joyeuse rentre dans le rang de la médiocrité télévisuelle ambiante, malheureusement .
    Dommage .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.