jeudi, septembre 29

Cinéma: C’est magnifique, nouveau film de et avec Clovis Cornillac

Clovis Cornillac s’essaie au conte, sans parvenir à convaincre. Mélange de comédie et de fantastique, « C’est magnifique » pèche par quelques longueurs, errances et caricatures.

La découverte d’un bébé abandonné par un couple est un motif fréquent dans les contes. Clovis Cornillac s’en empare. Amoureux de la nature et apiculteur esthète, Pierre Feuillebois n’apprend le début de son existence qu’à la mort de ses parents, écrasés dans leur maison par l’effondrement d’un arbre.

Une quarantaine d’années plus tôt, lorsqu’ils ont trouvé un nourrisson dans un couffin sur le pas de leur porte, ils ont décidé de le garder sans rien en dire à personne. Ils l’ont élevé dans les Alpes, loin du monde et de ses turpitudes. Après l’accident qui leur a coûté la vie, Pierre reçoit d’un de leurs proches une enveloppe contenant les clés d’une maison à Lyon, un chèque qui devrait lui permettre de vivre pendant quelque temps, ainsi qu’une lettre levant un coin du voile sur son histoire et sa mère biologique.

Une quête identitaire

C’est résolument du côté de la fable que se situe C’est magnifique! Innocent comme un nouveau-né, Pierre n’a jamais mis les pieds à l’école et ignore tout des us et coutumes de notre société quand il arrive à Lyon. «L’important n’est pas d’où l’on vient mais ce que l’on devient», avait énoncé son père juste avant de mourir. Lancé dans une quête identitaire, Pierre se heurte aux services sociaux pour qui officiellement il n’existe pas.

Dans ces dédales administratifs, ce grand candide croise Anna qui, touchée par sa gentillesse, décide de l’aider à retrouver sa mère. Scandé par la chanson C’est magnifique!, entonnée par Dario Moreno, le film affiche des teintes acidulées dans lesquelles Pierre détonne en perdant ses couleurs au fur et à mesure de sa recherche.

Mélange de comédie et de fantastique, ce long métrage pèche par quelques longueurs, errances et caricatures comme un centre d’accueil pour enfants dirigé par une catholique absurdement malveillante. C’est magnifique! peut néanmoins séduire les spectateurs sensibles à l’univers des contes par la tendresse de ses héros incarnés par Clovis Cornillac et Alice Pol, ainsi que par la poésie (appuyée) autour de Pierre, passionné de botanique qui cultive son jardin secret. Le réalisateur s’autorise au passage un hommage affectueux à sa mère, l’actrice Myriam Boyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.